Ensaf Mariam

Ensaf est née en Syrie, près de la mer Méditerranée. Elle a poursuivi des études comme ingénieure en agriculture, mais sa passion a toujours été l’écriture. Elle exprime tout avec sa plume et elle a eu l’occasion de montrer la qualité de ses écrits à la radio.

 





captcha

Votre parcours :

J’ai toujours été attirée par les mots, par l’écriture. L’université a ouvert tout
un monde devant moi. Nous avions un groupe d’amis de tous horizons, cultures et
croyances, et nous étions tous en quête de stimulation intellectuelle. Nous
n’avions pas beaucoup de moyens, alors chacun achetait un livre et on se les
échangeait. On se retrouvait pour en discuter, pour débattre. Je m’étais donné
le surnom de Julie Lorca, en référence à Federico Garcia Lorca, un
grand poète espagnol qui m’inspirait beaucoup à l’époque. Pendant cette
période, je crois que j’ai lu plus de 200 livres !

La littérature pour vous :

C’est ma vie ! Quand je suis fâchée, j’écris. Quand je suis triste, j’écris. Quand
je suis heureuse, j’écris. C’est ma thérapie, mon outil d’expression.
Je m’investis beaucoup pour ma famille, alors quand j’écris, c’est une
échappatoire. J’ai besoin d’écrire.

Votre style :

On dit que mon style s’apparente à celui de Nizar Qabbani, un grand poète syrien contemporain qui écrit beaucoup sur l’amour.

Ce qui vous inspire :

Tout ce que je vis. Mais je suis profondément fascinée par la nature.

Une réussite dont vous êtes fière :

Je suis fière d’être toujours attirée par la beauté et l’amour. Et malgré toutes les
difficultés qu’on peut vivre, je suis fière d’être toujours capable d’aimer et
de rester positive.

Ce que vous aimez faire pour vous changer les idées :

J’aime retourner dans le passé. Voyager dans mes souvenirs. L’époque de mes 14 ans,
par exemple, fut une période merveilleuse. Je me remémore toutes mes aspirations
et l’énergie que j’avais à l’époque, et ça me redonne de la force.

Vos ambitions ? Vos aspirations ?

Être heureuse et rendre ma famille heureuse. Rendre le monde plus heureux. Des fois,
il suffit de sourire à un étranger pour se faire beaucoup de bien.
Je rêve d’un monde en paix, où l’on respecte la nature. Où l’on respecte la « Vie »
avec un grand V.

Montréal pour vous :

Vous savez, j’aime profondément mon pays d’origine. La mer, la montagne… Mais
Montréal m’a séduite. J’aime la façon dont les gens vivent. Je suis venue au
printemps, et bien que la verdure de l’été soit magnifique, l’automne canadien,
c’est autre chose. L’automne m’a ensorcelée ! La couleur des feuilles, la
sérénité de cette période… Les parcs, pendant cette période, sont tellement
calmes !

Lieu préféré :

Le mont Royal. Mais toute la nature du Québec me séduit.

Que voudriez que les gens sachent sur la Syrie ?

Vous savez, ici, on parle de l’importance du bio, mais en Syrie, tout était bio, je
mangeais ce qui poussait directement dans ma cour. C’est le berceau de
l’agriculture.
Et surtout, la Syrie renaîtra. Elle redeviendra un pays de salut.

Un souvenir de la Syrie qui vous est cher :

Tous mes souvenirs me sont chers ! Chaque détail, chaque moment, je les porte dans
mon cœur et dans mon identité.

Un plat préféré :

Je viens d’un milieu modeste et le « moujadarah », un mélange de boulgour et de lentilles, était mon plat préféré.