George Philipos

Acteur, réalisateur, scénariste

George a toujours été fasciné par les films, le théâtre et le jeu. Dès qu’il a pu, il a fait monter des pièces de théâtre et organisé des spectacles de stand-up à Alep. Ce n’était qu’un loisir pour lui en Syrie, mais le milieu du théâtre et du film le passionne et il souhaite profiter de son arrivée à Montréal pour se lancer dans des projets de plus grande envergure.





captcha

Votre parcours :

Avant tout, je suis et j’ai toujours été un grand consommateur de films. Un vrai geek ! Je ne regarde pas juste le film, je regarde le « making of » et j’écoute les commentaires du réalisateur. Même la musique que j’écoute, c’est de la musique de film. Mes amis se moquent parfois de moi (rire) ! Tout m’intéresse dans le cinéma.
J’ai commencé à monter mes propres projets à Alep avec des amis. On avait fait une pièce de théâtre en style « stand-up » pour la fête des Mères sur le thème de la mère. Ça a été un succès. On a joué la pièce cinq jours consécutifs et la salle était remplie à chaque représentation. À Alep, on s’est rendu compte que les gens aimaient le théâtre, mais qu’il n’y avait pas beaucoup de scènes.

À Montréal, on a monté une association de scouts à Saint-Sauveur avec plein de jeunes Syriens qui montent des projets. Là, je suis personnellement en train de monter une pièce avec quatre de mes amis. Je dis « pièce », mais ce sera un mélange de plein d’arts de performance différents. Je suis en train de monter une vidéo promotionnelle pour annoncer cette pièce. On nous prête une église pour réaliser le projet. Ce sera vraiment un truc d’un autre niveau en comparaison avec ce que j’ai eu l’occasion de faire dans le passé. Je suis entouré de plein de gens de talent.

De quoi parle ce projet ?

On veut, bien sûr, aborder les thèmes de l’immigration et de la situation des réfugiés. Mon style à moi, c’est la comédie, et il y en aura dans cette œuvre, mais il y aura aussi du drame. On veut surprendre notre public en essayant d’aborder ces sujets différemment.

Quel rôle tenez-vous ?

On est une équipe de cinq et on va tout faire. On écrit ensemble, on va faire la mise en scène ensemble, et on va tous jouer dans la pièce. Moi, je me suis découvert un grand intérêt pour la vidéo et je suis responsable de faire la vidéo promotionnelle. Mais après, c’est sûr qu’on collabore avec plein d’autres artistes de talent. Des photographes, par exemple. Et il y aura aussi une chorale !

Vos rêves ou ambitions ?

Si jamais cette pièce est bien reçue, on aimerait bien monter une troupe d’artistes de la scène et monter un projet par année.

Décrivez-vous :

J’aime les gens, j’aime rire, j’aime la vie. J’essaie toujours de tout tourner positivement, voire comiquement. Des fois, on dit de moi que je suis un antidépresseur (rire) !

Vos passe-temps :

Mon passe-temps numéro un, c’est les films, ça, c’est clair !
Sinon, je joue beaucoup au basket-ball. J’adore ce sport et je joue tous les jours.

Montréal pour vous :

C’est la vie que je voulais.

Un lieu préféré :

Costco (rire) ! Cet endroit, c’est fou ! J’ai jamais vu un truc pareil de ma vie.

Qu’aimeriez-vous dire sur la Syrie :

C’est là d’où je viens, c’est mon identité. La culture syrienne va continuer à vivre à travers nous, même si on est tous éparpillés maintenant.

Un souvenir que vous voulez partager :

J’ai adoré être scout en Syrie. Je l’ai été longtemps, et j’ai été responsable des scouts aussi.

Plat préféré :

Plat préféré :
Les kebbeh « trabilsiyeh ». Ce sont de petits kebbeh frits.