Joud Ghannam

Joud est née dans la musique. Très jeune, elle a commencé à apprendre le piano avec sa mère. Elle a étudié au Conservatoire de musique classique d’Alep et a longtemps enseigné le piano. Aujourd’hui, elle poursuit des études de musique à McGill pour perfectionner son art et continue à donner des cours à des particuliers.





captcha

Vos débuts :

C’est ma mère qui m’a poussée (rire) ! Comment dire ? Je baignais dedans. Tous les jours, il y avait des gens qui suivaient des cours de piano chez nous. Le piano, c’était comme le sel et l’eau sur la table. Aujourd’hui, je ne vois pas comment je pourrais m’en passer. C’est vital pour moi.

Ce que vous préférez comme musique :

Moi, j’adore le classique. J’aime écouter différents compositeurs, mais j’ai un petit faible pour Johannes Brahms.

Ce que la musique représente pour vous :

C’est le monde dans lequel je voyage tous les jours. Je me déconnecte de ma réalité pour explorer cet univers. J’ai ce sentiment d’y avoir un accès privilégié.

Qu’est-ce qui vous rend fière ?

Je tire beaucoup de fierté de l’enseignement, de sentir que c’est grâce à moi qu’une personne évolue.

Dans quoi puisez-vous lorsque vous jouez une pièce, un récital ?

Dans la musique elle-même. C’est comme si pendant les minutes à venir, j’allais incarner l’œuvre d’un grand artiste et que je devais lui faire honneur. C’est à chaque fois un hommage à un grand artiste.

Quel est le moment que vous préférez lorsque vous jouez ?

Cette première note qui casse le silence !
J’ai eu à jouer en public plusieurs fois et c’est gratifiant, mais je dois dire que je préfère presque la pratique au récital. Faire un récital, c’est des mois de pratique et moi, je vis cette pratique comme un périple.

Vos ambitions :

M’améliorer, simplement.

Décrivez-vous en quelques mots :

Je suis très sociable et j’aime profiter de la vie. On me dit souvent que je bouge beaucoup et que je parle trop (rire).

Ce que vous aimez faire quand vous avez du temps :

Je dois bouger, faire du sport, de la danse… Mais j’aime aussi beaucoup lire. C’est un peu contradictoire. En fait, il n’y a que la lecture et le piano qui arrivent à me tenir en place. Sinon, je bouge tout le temps.

Montréal pour vous :

Je l’aime ! C’est la meilleure ville pour les artistes ! On se sent à sa place.

Lieu préféré :

J’aime aller au Musée des beaux-arts.
Et j’aime aussi beaucoup mon école de musique [l’école de musique de l’Université McGill].

Parlez-nous de la Syrie :

C’est un endroit chaleureux avec une culture riche. Et on y mange très bien !

Un souvenir :

Le conservatoire de musique classique où j’ai étudié.

Un plat préféré :

Les feuilles de vigne et les aubergines farcies !