Marwan Kassab

Artisan du bois, peintre et guitariste

Marwan pratique plusieurs formes d’art. Dans chacune, il insuffle sa sensibilité. Guitariste soliste depuis plus de 20 ans, la musique est son premier grand amour. Habile de ses mains, il construit de jolis objets avec du bois d’olivier et peint des toiles tantôt abstraites, tantôt figuratives.





captcha

Votre parcours :

J’ai commencé avec la musique, j’ai appris la guitare par moi-même. Quand j’ai voulu étudier auprès d’un professeur, il m’a dit : « Tu es déjà un musicien ! Ne gaspille pas ton argent à payer pour des cours ! » Alors, j’ai fait des études en art. J’ai pris goût à la peinture et au travail du bois.

Ce qui vous inspire dans le travail du bois :

Le bois lui-même. J’utilise presque exclusivement du bois d’olivier. C’est un bois unique qui a sa propre âme. Les oliviers sont des arbres qui vivent longtemps. Quand ils meurent, j’aime leur redonner une seconde vie. Le bois d’olivier est fait pour qu’on l’écoute. C’est lui qui nous dit quelle forme il veut prendre. Chacune de mes pièces est unique.

Parlez-nous de vos toiles :

Mes toiles sont plutôt contemporaines. Ce que j’aime dans ce type d’expression, c’est qu’elle est totalement subjective. Chaque personne y voit quelque chose de différent, selon qui elle est et d’où elle vient. Je ne pourrais pas en parler davantage, je veux que les gens voient mes toiles.

Que représente la musique pour vous ?

C’est sacré. C’est une langue internationale. Quand je joue pour les gens, je veux qu’ils soient vraiment là pour écouter. Je ne veux pas qu’ils mangent ou qu’ils fassent autre chose. Je veux toute leur attention.

Je compose, mais je reprends aussi des pièces que j’interprète à ma façon.

Qui vous inspire musicalement ?

Les musiciens espagnols en général. Je trouve que ce sont des guitaristes d’un talent exceptionnel.

Ce dont vous êtes fier :

J’aime beaucoup être professeur de musique. D’après mes élèves, je me débrouille pas mal. J’aime voir mes élèves progresser et sentir que c’est grâce à moi.

Ce que vous aimez faire en dehors de votre art :

Plein de choses ! J’ai besoin de me tenir occupé. J’ai besoin d’explorer. Je rencontre des gens, j’étudie…

Vos rêves ?

Vivre de ma musique. Créer un petit orchestre et faire une musique complètement nouvelle. Créer des choses nouvelles. Des choses que personne n’a jamais vues ni entendues.

Comment vous décrivez-vous ?

Je suis plutôt optimiste. Quelqu’un qui aspire à être heureux.

Montréal pour vous :

À part la neige, j’adore ! Il y a tellement d’art, de monuments, de théâtres, de musées… Je regrette simplement de ne pas avoir assez de temps pour en profiter pleinement.

Lieu préféré :

J’aime visiter les galeries d’art du Vieux-Port.

Ce que vous voulez que les gens connaissent sur la Syrie :

La richesse de notre histoire. Le fait qu’on a des villes très anciennes, qu’on y a découvert le premier alphabet.

Un souvenir qui vous est cher :

J’adorais mon atelier dans le vieux Damas.

Votre plat préféré :

Le « kebbeh », bien sûr, mais aussi le taboulé et, à bien y penser, tous nos plats traditionnels.